connivencelitteraire.typepad.fr > Rubrique-flash LECTURES

« Retour à Rubrique-flash LECTURES

Des livres touchants ou émouvants ou bouleversants, Des livres qui ne laissent pas indifférents

Des livres touchants ou émouvants ou bouleversants, Des livres qui ne laissent pas indifférents

AARON Soazig
Le non de Klara (2002) (l'impossible reconstruction d'une survivante d'Auschwitz)

AUSTER Paul
Léviathan (1992) (pour moi le livre-maître de Auster – enquête identitaire)

BALZAC Honoré de
La peau de chagrin (1831) (livre court … et si dense)
Le Père Goriot (1835) (Paris / Province, comment réussir ?)

BARICCO Alessandro : le génie et la variété de ce jeune auteur me foudroient :
Soie (1997) (pour l'aventure)
Novecento : pianiste (1997) (pour l'appartenance)
Océan mer (1998) (pour la solitude)
Sans sang (2003) (pour la vengeance)

BAUBY Jean-Dominique
Le scaphandre et le papillon (1997) (le locked-in syndrome)

BECKETT Samuel
En attendant Godot (1952) (théâtre absurde)

BEGAUDEAU François
Entre les murs (2006) (être instit est un métier de terrain)

BOBIN Christian
La plus que vive (1996) (superbe aurevoir quand on n'a pas eu le temps de le dire)

BUTEN Howard
Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué (1981) (très joli roman sur l'autisme, à l'heure où l'on n'en savait pas autant qu'aujourd'hui)

CAMUS Albert
Caligula (1941)
L’Homme révolté (1951) (œuvre tellement constructive)

CHANDERNAGOR Françoise
L’enfant des Lumières (1995) (l'Education au siècle des Lumières, une merveille)

CHEVALIER Tracy
La jeune fille à la perle (2002) (peinture, amour, vie austère des familles hollandaises au XVIIe siècle, très poétique)

COE Jonathan
Testament à l’anglaise (1994) (roman-enquête entre 1940 et 1990 sur une des premières fortunes d'Angleterre )
La maison du sommeil (1997 - Prix Médicis Etranger) (sommeil et identité)
Bienvenue au club (2001) (l'Angleterre des années 50)

COELHO Paulo
L’alchimiste (1988) (roman initiatique qui ne peut pas faire de mal)

COHEN Albert
Belle du seigneur (1968 - Grand Prix du roman de l'Académie française) (la passion amoureuse et la jalousie, inégalé)

CONROY Franck
Corps et âme (2004) (génial pianiste dans le New York des années 40, superbe)

CONROY Pat
Beach Music (1995) (La Caroline du Sud, l'Amérique anti-Vietnam, passionnant. Ce roman fait écho à l'autre roman très connu de Pat Conroy, "Le Prince des Marées" : note dans ce blog)

CRAMER Bertrand
Profession Bébé (1998) (que les mères se rassurent, et apprennent aussi !)

CUSSET Catherine
La haine de la famille (2001) (l'amour prédateur entre mère et fille)

DOLTO Françoise
La difficulté de vivre (1995) (la modernité en plein XXé)

DUBOIS Jean-Paul
Une vie française (2004 - Prix Femina) (la 2é moitié du XXé en France; pour moi le livre-maître de Dubois)

DUQUESNE Jacques
Dieu expliqué à mes petits-enfants (1999) (très distrayant)

DURRELL Lawrence
Le quatuor d’Alexandrie (1957-1960) (un classique très épais)

ECO Umberto
Le nom de la Rose (1980 – Prix Médicis 1982) (policier médiéval)

ELLIS R. Mary
Wisconsin (2007) (force indienne, drame familial, guerre du Vietnam, un roman américain)

ERICKSON Milton
Ma voix t'accompagnera (1998) (le psychothérapeute hors du commun du XXé)

ETCHEGOYEN Alain
La démocratie malade du mensonge (1993 - Grand Prix de l'Académie française) (une comparaison intéressante de la démocratie avec le western, et notamment avec "L'homme qui tua Liberty Valance")

FERMINE Maxence
Le labyrinthe du temps (2006) (conte initiatique)

FISK Robert
La Grande Guerre pour la civilisation : l'Occident à la conquête du Moyen-Orient 1979-2005 (2005) (un point de vue très critique et édifiant sur la politique occidentale n'industrialisant pas ses crimes ... quoique ! aussi sur la mémoire collective d'un peuple qu'un autre persécute, au prétexte religieux mais aux motivations économiques)

GALLAY Claudie
Les déferlantes (2008 – Grand Prix des Lectrices de Elle 2009) (sous les vents de La Hague, un homme part sur les traces de son enfance noyée ; si chaque habitant du village connaît la vérité, seule la narratrice qui n'est pas du village nous guidera hors de l'omerta)

GAVALDA Anna : j'aime sa tendresse, son art de croquer les gens, son talent pour nous faire sourire des petites douleurs quotidiennes. Pour moi, ses 3 incontournables :
Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (1999) (nouvelles)
Je l'aimais (2003) (adultère, superbe)
Ensemble, c'est tout (2004) (destins croisés)

GIDE André :
Les faux-monnayeurs (1925) (précurseur du Nouveau Roman)

GIONO Jean :
Angelo (1934) : ce roman est le premier volet de la quadrilogie du "cycle du hussard". Jean Giono l'a écrit en 6 jours, là où "le Hussard sur le toit" l'a tenu 8 ans …
"Angelo" est un premier état des caractères, lors de son séjour à Aix-en-Provence. Angelo est un homme binaire et sensible, cela rend son Caractère complexe … : vexé par une gentillesse comme par une faiblesse, noble et plein de morgue, invisible et présent, sa force extérieure est aussi rude que sa ve intérieure est poètique. Il a le bonheur de connaître ses défauts et de les trouver nobles, alors il ne s'inquiète guère de les cacher ou de les guérir. Obligé d'agir, il ne sait pas se faire valoir. Vraiment libre, il ne passe pas d'un maître à l'autre car il est son propre maître.Angelo ne se passionne pas pour ce qui n'en vaut pas la peine, tout est simple pour lui qui ne se contente pas de compromis. Angelo m'évoque la côte de bœuf saisie sur au barbecue, sa surface grillée et croustillante, son cœur plein de sang et de tendreté … Alors, quand il rencontre l'amour de Pauline, il ne désire rien d'autre … Le Marquis rompt cette paix, Angelo repart … à suivre dans "Le hussard sur le toit".

GREMILLON Hélène
Le confident (2010) (court roman aux 5 prix littéraires, poignantes destinées de femmes sur fond de seconde guerre mondiale)

GUELFENBEIN Carla
Ma femme de ta vie (2007) (un très beau roman, d'une rare sensibilité, sur l'amitié, l'amour, le sens d'une vie dans un environnement familial pesant et une histoire patriotique chargée, celle du Chili)
Le reste est silence (2010) (sur l'enfance qui se construit en remplissant les silences que les adultes croient inaudibles parce qu'ils sont tus)

HESSE Hermann
Demian (1919) (roman initiatique et de révolte bourgeoise)
«La vie de chaque homme est un chemin vers soi-même, l’essai d’un chemin, l’esquisse d’un sentier. Personne n’est jamais parvenu à être entièrement lui-même ; chacun, cependant, tend à le devenir, l’un dans l’obscurité, l’autre dans plus de lumière, chacun comme il le peut. Chacun porte en soi, jusqu'à sa fin, les restes de sa naissance, les dépouilles, les membranes d’un monde primitif. Beaucoup ne deviennent jamais des hommes, mais demeurent des grenouilles, lézards ou fourmis. Tel n’est humain que dans sa partie supérieure, et poisson en bas. Mais chacun de nous est un essai de la nature, dont le but est l’homme. A nous tous, les origines, les mères sont communes. Tous, nous sortons du même sein, mais chacun de nous tend à émerger des ténèbres et aspire au but qui lui est propre. Nous pouvons nous comprendre les uns les autres, mais personne n’est expliqué que par soi-même.»


HIGELIN Jacques
Lettres d’Amour d’un soldat de 20 ans (1987) (tendre et poétique)

HOSSEINI Khaled
Les cerfs-volants de Kaboul (2005) (aussi dur que réel, 30 ans d'histoire afghane, pour ces sociétés que l'on regarde faire sans rien y faire vraiment, pour ces comportements culturels qu'il serait prudent de combattre, même si l'on n'en meurt pas (immédiatement) de ne pas le faire)

HULOT Nicolas
Les chemins de traverses (1989) (avant Ushuaïa, avant le drame écologique, sincère, intéressant)

HUMBERT Fabrice
La fortune de Sila (2010) (Grand Prix RTL Lire 2011) (l'ambiance de violence de notre époque contemporaine est décrite factuellement, presqu'avec indifférence … mon optimisme heurté n'a pas achevé ce roman).

HUSTON Nancy
Lignes de faille (2006 – Prix Femina 2006) (sur le programme de germanisation de plus de 200.000 enfants volés en Pologne, en Ukraine et dans les Pays Baltes sur ordre de Himmler - visite qui nous plonge dans le passé par la voix des enfants d'une famille)

IRVING John : un auteur très distrayant, devenu très inégal. Les meilleurs pour moi sont :
L’oeuvre de Dieu et la part du Diable (1985) (orphelinat du Maine, la traversée d'époques et de mœurs)
Une prière pour Owen (1989)

ISHIGURO Kazuo
Auprès de moi toujours (2007) (science fiction très dérangeant)

JELLOUN Tahar Ben
La nuit sacrée (1987 - Prix Goncourt) (les débuts de la littérature maghrébine francophone)

KAFKA Franz
La Métamorphose (1915) (classique lisible)

KUNDERA Milan : écrivain tchèque engagé
Risibles amours (1968)
La valse aux adieux (1976)
Le livre du rire et de l’oubli (1978)
L’insoutenable légèreté de l’être (1984)

LABORIT Henri
Eloge de la fuite (1976) (sur les trois comportements humains en cas d'épreuve, sur les trois cerveaux) (adapté au cinéma par Alain Resnais "Mon oncle d'Amérique" sorti en 1980)

LENOIR Frédéric
Petit traité de vie intérieure (2010) (traité accessible qui compile bien des approches de la psyché humaine, livre de chevet à consulter au besoin)

LEVY Bernard-Henri
Le diable en tête (1984) (traversée originale du XXé)

MAINARD Dominique
Pour Vous (2008) (roman très spécial, et pour moi jusqu'à créer un malaise dérangeant, sur une certaine forme d'empathie et de compassion, autrement dit sur le service à l'autre à un niveau identitaire …)

MARQUEZ Gabriel Garcia (Prix Nobel de littérature colombien)
Cent ans de solitude (1967) (lecture ardue)
Chronique d’une mort annoncée (1981) (lecture rapide)
L’Amour aux temps du Choléra (1985) (le meilleur selon moi, une histoire d'amour de 50 ans)

MARTINEZ Carole
Le cœur cousu (2007 – bourse de la découverte Prince Pierre de Monaco, bourse Thyde Monnier, coup de cœur des lycéens de Monaco, prix Emmanuel Roblès, prix Ouest France étonnants voyageurs, prix du premier roman de Draveil, prix Renaudot des lycéens, prix Ulysse du premier roman) (premier roman métaphorique, ambiance espagnole, sous fond de guérilla. Etonnant ou dérangeant, au choix).

MESNIL-AMAR Jacqueline
Ceux qui ne dormaient pas : Journal, 1944-1946 (1957 puis 2009) (il n'y a pas un mot à rajouter ni une virgule à ôter à la merveilleuse préface de Pierre Assouline. Ce journal est merveilleux de poésie et de drame. Il a merveilleusement achevé mes lectures du moment, "Elle s'appelait Sarah" de Tatiana de Rosnay (note dans ce blog), et aussi, dans un genre plus léger, "Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates" de Mary Ann Shaffer (note-flash dans ce blog).

MORGAN Charles
Sparkenbroke (1946) (poésie, amour, ce livre pour jeunes adultes est difficilement trouvable)

MORTIER Eric
Réussir sa carrière et sa vie (2006) (ce livre de coaching pratique est remarquable, bien plus puissant qu'un bilan de compétences amélioré. S'il nécessite peut-être de connaître quelques bases de PNL, Eric Mortier est fin pédagogue, ce qui rend la lecture de son livre particulièrement pratico-pratique en phase de bouleversement de vie professionnelle).

NEMIROVSKY Irène
Suite française (2004 - Prix Renaudot) (la vie quotidienne en France de 1939 à la déportation de l'auteure, décédée en 1942 à Auschwitz)

NEUBURGER Robert
Les familles qui ont la tête à l'envers (2005) (revivre après un trauma familial présent ou passé, thérapie familiale, poids transmis au cours du temps)

O'FAOLAIN Nuala
Chimères (2003) (ambiance irlandaise)

OVALDE Véronique
Des vies d’oiseaux (2011) (Prix « Vivre livre » des lecteurs de Val d’Isère 2011) (de tendres et poétiques chemins de vie en parallèle)

PACKER Ann
Un amour de jeunesse (2004) (amour et handicap)

PEJU Pierre
Le rire de l'ogre (2005) (roman de guerre et d'amour, l'enfance qui grandit au rythme des épreuves des parents)

PIPERNO Alessandro
Persécution (2010) (roman d’une descente aux enfers, « est-ce la honte ou la stupeur qui t’a fait garder le silence ? »)

POIVRE D'ARVOR Patrick
Les enfants de l’aube (1982) (écrit à 16 ans, autobiographique)
L'irrésolu (2000 - Prix Interallié)

QUEFFELEC Yann
Les noces barbares (1985 - Prix Goncourt) (enfance violée et meurtrie)

RAHIMI Atiq
Syngué sabour (2008 – Prix Goncourt) (roman très court sur la femme musulmane, dans un univers très particulier afghan, guerrier, masculin, où la pute est plus crainte et plus respectée que la vierge, la fillette, l'épouse …)

REMARQUE Erich-Maria
A l'ouest, rien de nouveau (1928) (roman pacifiste, réaliste et bouleversant sur la Première Guerre mondiale) (cf dans ce blog un rapprochement avec Orages d'acier d'Ernst Jünger, dans la note du même nom)

ROSNAY (de) Tatiana
Boomerang (2009) (joli livre sur la mémoire familiale, l'amnésie infantile, l'intolérance sociale) (du même auteur, j'ai préféré le rythme et l'intrigue de "Elle s'appelait Sarah", note dans ce blog).

ROTH Philip
Indignation (2010) (le premier Philip Roth, écrivain reconnu et prolifique, que je lis jusqu'au bout … petit volume, très dense, sur les universités américaines, la jeunesse envoyée sur le front coréen. C'est dramatiquement réaliste. Cela m'a fait penser au "Moi, Charlotte Simmons" de Tom Wolfe, note dans ce blog)

SAINT-EXUPERY Antoine de
Le Petit Prince (1945) (conte initiatique, classique)

SALM (de) Constance
24 heures d'une femme sensible (1824) : 1er volet magnifique d'un triptyque littéraire sur le désir amoureux (le 2nd est celui de Stephen Zweig "24 heures de la vie d’une femme" (1929), le 3é est celui de Alice Ferney "La conversation amoureuse" (2000) : note dans ce blog)

SARTRE Jean-Paul
Les mains sales (1948)

SCHWARTZENBERG Léon
Requiem pour la vie (1985) (témoignages très beaux du cancérologue, pour l'euthanasie, contre l'acharnement médical)

SHAFFER Mary Ann
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (2009) (roman de correspondances à la fois original, attachant et instructif. Je ne cache pas avoir lambiné pendant la 1ère partie, tardé à m'adapter à cette lecture de correspondances qui me lassait, et avoir dévoré la 2nde partie comme en leur temps peut-être un cochon rôti !)

SERRES Michel
Petite Poucette (2012) (j’ai bien sûr lu cet essai sur le net à sa sortie, et je viens de le relire à la faveur d’un homme de 73 ans qui l’a offert à mes enfants comme une révélation ! en leur disant armez-vous d’un dictionnaire ! Alors je l’ai relu. Dictionnaire inutile, évidemment … L’allégorie de la caverne m’avait marquée étudiante, et quelque part scandalisée. Faites-les sortir ! Mais je n’imaginais pas il y a 30 ans que tous seraient enfin libérés de leurs chaînes par le net. Si on ne sait jamais de quoi est fait l’avenir, j’aime Michel Serres parce qu’il ne se limite pas à lui faire confiance. Il aime ceux qui le construisent. Ils n’ont en effet pas à se préoccuper, cela les ralentirait, du bouleversement que cela provoque chez ceux qui vivent à l’heure d’anciens paradigmes, les croyant, naïvement, encore d’actualité. J’aime Michel Serres parce qu’il est jeune … il a compris que les aînés sont les benjamins. Les anciens qui attendent des jeunes qu’ils s’adaptent à eux vieillissent prématurément. Là où les jeunes grandissent et font grandir quand les anciens s’inclinent devant le ravissement d’un monde nouveau pour les uns, naturel pour les autres.)

SETH Vikram
Un garçon convenable (1993) (les us et coutumes de l'Inde des années 50)

SZABO Magda
La ballade d'Iza (1963) (Hongrie, la tendre vieillesse mêlée à l'absolue jeunesse dans une compréhension furtive, voire impossible)
La porte (1987 – Prix Betz Corporation EU) (l'histoire politique tourmentée de la Hongrie du XXé siècle au travers de la vie de deux femmes, l'écrivain elle-même et sa concierge hors du commun Emerence. Superbe de drôlerie, de sensibilité, de drame.)

TARTT Donna
Le maître des illusions (1993) (les universités américaines)

TAYLOR Kressmann
Inconnu à cette adresse (1938) (roman de 59 pages, fascinant, et le plus effrayant peut-être est qu'il est paru en 1938 … A lire absolument)

TOURNIER Michel
Vendredi ou les Limbes du Pacifique (1967) (Robinson Crusoë sexué)
Le Coq de Bruyère (1978) (nouvelles)

VIAN Boris
J’irai cracher sur vos tombes (1946)
L'écume des jours (1947)

VIGAN Delphine de
No et moi (2007 – Prix des Libraires 2008) (rencontre touchante, mais pas naïve, entre deux jeunes ado, l'une bourgeoise, l'autre SDF)

WILDE Oscar
Le portrait de Dorian Gray (1891)

WINCKLER Martin
La maladie de Sachs (1999) (la vie quotidienne d'un généraliste de campagne, certains lecteurs ont trouvé l'immersion dans le livre difficile)
Le Chœur des femmes (2009) (un monument !, note dans ce blog)

YOURCENAR Marguerite
Alexis ou le traité du vain combat (1929) (l'homosexualité)

ZAFON Carlos Ruiz
L'ombre du vent (2004 - Prix Planeta) (parcours initiatique en Espagne, une ambiance, une quête, des intrigues, pour les temps qui meurent près de ceux qui naissent)

ZWEIG Stephen
La confusion des sentiments (1926)
24 heures de la vie d’une femme (1929) : 2nd volet magnifique d'un triptyque littéraire sur le désir amoureux (le 1er est celui de Constance de Salm "24 heures d'une femme sensible", le 3é est celui de Alice Ferney "La conversation amoureuse" (2000) : note dans ce blog)

Lien permanent