https://connivencelitteraire.typepad.fr > LES MORCEAUX CHOISIS

« Retour à LES MORCEAUX CHOISIS

L'Eglise des pas perdus (Rosamund Haden)

L'Eglise des pas perdus (Rosamund Haden)

Les morceaux choisis

(…) Ce regard-là voyait plus que les choses présentes : il les modifiait, donnait forme à l'avenir. M. Fyncham ressemblait à ces explorateurs qu'elle avait vus en photo dans les livres, des hommes qui découvraient et parcouraient de nouvelles terres, quitant leur foyer pendant des années et laissant leur épouse élever les enfants.
(…) Elle coupa la rhubarbe en morceaux et la mit à cuire. Il ne fallait jamais mélanger la rhubarbe et l'ananas : ensemble, ils causaient une réaction chimique toxique.
(…) Pour se protéger. Maria et elle avaient appris ça quand elles étaient petites. On rit pour se protéger. On plaisante et ç rend les choses plus légères.
(…) "Tu ne peux pas toujours faire ce qui te passe par la tête. Où irait le monde ?"
(…) L'atmosphère était froide une seconde, puis chaleureuse et rassurante, puis un autre nuage arrivait. "parfois, il vaut mieux ne pas connaître la vérité. On ne peut pas revenir en arrière. On ne peut qu'aller de l'avant." – "Je ne crois pas. Au bout du compte, il vaut mieux savoir."
(…) Elle leva les yeux – c'était un signe. Katie avait tort, les signes existaient, il y en avait partout si on prenait la peine de regarder.
(…) "Et s'ils lisent sur nos lèvres ? S'ils s'aperçoivent qu'on n'est pas en train de prier ?" – Ils diront rien parce qu'alors ça veut dire qu'ils ont les yeux ouverts et qu'ils prient pas non plus.
(…) "Vous voulez venir avec moi ou rester ici avec votre père ?", comme si le choix était aussi simple qu'entre une tasse bleue et une tasse rouge. Les filles la dévisagent. Lilly recommence à pleurer. Ce n'est pas juste. Pas juste de leur demander.
(…) "Si on courrt assez vite, on peut quitter son corps ?" – Pour quoi faire ? – "Disparaître" – Mourir, tu veux dire ? – "Si on veut juste disparaître ? Dans les rochers et l'eau et le ciel et la terre – ou dans le rire ?"
(…) Maria lui a raconté une histoire de cendres. Si on les jette au vent au mauvais moment, elles risquent de revenir en arrière. Un jour, quelqu'un s'est retrouvé avec le cendres d'un cousin éloigné dans la bouche. C'était horrible, horrible. Elles ont ri.

© Sabine Wespieser éditeur, 2006
si l'éditeur le demandait, cette rubrique serait immédiatement supprimée

Lien permanent