https://connivencelitteraire.typepad.fr > LES MORCEAUX CHOISIS

« Retour à LES MORCEAUX CHOISIS

L'aube le soir ou la nuit (Yasmina Reza)

L'aube le soir ou la nuit (Yasmina Reza)

Les morceaux choisis

La communication de campagne
(…) La horde qui le suit piétine les tombes, enjambe les stèles, court entre les croix, les balustrades, les grilles, les encadrements de chapelles, les innombrables entrelacs en fer forgé du cimetière chrétien, pour lui arracher un mot, une image.
Plus tard, il dira, j'ai été me recueillir au monument des Martyrs et au cimetière Saint-Eugène.
(…) La réalité n'a aucune importance. Il n'y a que la perception qui compte.
(…) Mitterrand, Chirac étaient des rassembleurs. Lui non. Tout le monde le commente. Il appartient à tout le monde.
(…) Je veux être seul ! C'est quoi cette image du type qui arrive avec une armée de publicitaires à la con !
(…) authenticité antipathique
(…) Dédicacés, ce serait de l'hypocrisie.
(…) Si les électeurs de Le Pen me quittent, on plonge.
(…) Est-ce qu'on peut dégager les gens ? C'est un hall de gare ! (…) Virez tout le monde, j'en ai marre. (…) indocilité, répugnance au passage obligé, détestation de l'obligation commune
(…) j'ai créé mon personnage
(…) Si je n'existais pas, il faudrait m'inventer.
(…) Je ne connais pas l'avarice des sentiments.
(…) Tu vas voir ce que je vais dire sur l'Algérie ! Moi j'aurais aimé naître en Algérie. Quand tu naissais en Afrique du Nord, tu rêvais de la France, quand tu naissais à Paris, tu rêvais de rien du tout !
(…) Je ne mène pas un combat politique, je mène un combat idéologique. On fait campagne sur des valeurs. C'est en prenant des risques qu'on va gagner.

L'équipe
(…) Ma mère est enterré au Maroc, continue Rachida Dati, lorsque j'y vais seule, en repartant j'ai un pincement, je me dis, je l'ai laissée, si je suis avec lui, je ne sens rien.
(…) "Je veux vous dire sans arrogance que je suis la priorité. Sans arrogance. Si on n'a pas de temps pour faire mes discours en temps et en heure, ça n'a pas de sens. Il faut maintenant qu'on ait un niveau d'exigence qui fait que ceux qui ne suivent pas, il faut les virer."
Je note la prudence avec laquelle ses collaborateurs répondent et le traitent. Prudence, crainte. Mais surtout, quelque chose de dangereux pour lui, l'absence de résistance.

Avec le Président algérien
(…) ... la mondialisation que vous prenez pour un défi et non comme une épreuve. Pour nous c'est une épreuve. Pour vous un défi.
(…) Vous êtes en train de faire un parcours sans faute mais, je vous le dis amicalement, quand vous êtes ferme, dites aussi autre chose. Soyez ferme, mais dans le même temps, dites que vous êtes sensible aux problèmes sociaux. Dites en même temps que les problèmes sociaux ne vous laissent pas indifférent.
- J'entends
(…) Moi, j'appartiens à une génération qui voulait la destruction d'Israël. Nous avons échoué. Echoué. C'est fini. J'apprécie cher ami votre position sur Israël. Mais n'oubliez pas qu'il y a un peuple palestinien qui a droit à un état. Et ça manque un peu dans vos intonations.
- J'entends, monsieur le Président.

La solitude
(…) J'adore faire quelque chose. L'immobilité c'est la mort
(…) Dans l'avion qui nous ramène en France, nous parlons du désir de solitude. Qu'il réfute. Il dit en vrac, de mémoire, l'homme n'est pas fait pour être seul. Quel égoïsme à vouloir être seul.
(…) Tu te protèges ?
- Il faut bien.
(…) Si j'étais super-confiant, je ne me lèverais pas à quatre du matin. Je dis juste que le 1er février je suis là où je voulais être. Je me suis préparé psychologiquement pour ne pas être désespéré quand ça va mal et pour ne pas être exalté quand ça va bien.
(…) Parce que ma vie et l'histoire de la vie, c'est de partir de tout en bas pour aller tout en haut. Il ne me reste qu'une marche …
(…) La victoire est plus belle à côté du vainqueur.

Les clans
(…) (La Corse) N'hésitez pas. Je n'ai pas d'amis. En tout cas je ne veux pas d'amis qui aient les mains dans le truc. Allez-y.
(…) Si je gagne, je voudrais supprimer le Front national, le Lyon's Club et le Rotary.

MAM
(…) Nicolas se détourne et se saisit de la presse qui traîne. Visage fermé et déjà altéré par l'ennui.
(…) "Comme ça tu as vu la différence."

Jack Lang
(…) La "repentance" ! Ce Jack Lang, il faut que je le paye ce type. Il est admirable.

Alain Juppé
(…) Note Yasmina, ce 12 février 2007, retour de Berlin, Alain Juppé dit : Dans les petits rôles on peut être heureux !
- Je n'ai pas dit je.
- C'est encore plus grave d'avoir dit on, c'est une tentative de dissimilation.
Juppé sourit.

Points de vue de Y.R.
(…) Ils jouent gros. C'est ce qui me touche. Ils jouent gros. Ils sont à la fois le joueur et la mise. Ils ont mis eux-mêmes sur le tapis. Ils ne jouent pas leur existence, mais, plus grave, l'idée qu'ils s'en sont faite.
(…) Ces hommes ne veulent pas le bonheur, ils veulent leur chance dans la bataille.
(…) Ce qu'ils vivent n'est pas l'oubli de soi. C'est, au contraire, l'obsession de soi et l'inévitable oubli des autres.
(…) Je réalise que c'est précisément ce qui me touche en lui. Il fait tout ce qu'il peut. A fond. Il ne croit pas que le ciel l'aidera.
(…) Il est vraiment le garçon qui a piqué la loge de Johnny, et qui n'en revient pas.
(…) Je n'ai vu que le vouloir à l'œuvre. Le désir et l'attrait de la politique, principes vitaux mais qui n'engagent pas tout l'être, ne l'habitent plus.

© Yasmina Reza, Flammarion, Albin Michel, 2007
si l'éditeur le demandait, cette rubrique serait immédiatement supprimée

Lien permanent