https://connivencelitteraire.typepad.fr > LES MORCEAUX CHOISIS

« Retour à LES MORCEAUX CHOISIS

Cinquante nuances de Grey (EL James)

Cinquante nuances de Grey (EL James)

Les morceaux choisis

Débrouillarde ….
"-En poussant la porte, je trébuche et c'est à quatre patte que j'atterris dans le bureau de M.Grey. Et merde, merde, merde !" (p.14)

"-Êtes-vous gay, monsieur Grey ?" (p.21)

"Mon cœur bat la chamade, et sous son regard scrutateur, j'ai viré au rouge pivoine." (p.35)

"Alors que je m'apprête à traverser la rue, je trébuche sur le bord du trottoir.
-Merde ! Ana ! s'écrie Grey.
Il tire tellement fort sur ma main qu'il me plaque contre lui à l'instant même où un cycliste roulant en sens interdit m'évite de justesse." (p.59)

"Respirez, Anastasia, ajoute-t-il doucement." (p.103)

"Je m'empourpre." (p.173)



L’alcool …
"Hou là. J'ai la tête qui tourne. Je dois m'agripper au dossier de la chaise. Les cocktails à la téquila, décidément, ce n'était pas l'idée du siècle. (...) Je consulte mon portable pour passer le temps. (…) il y a un numéro que je ne reconnais pas. Ah oui, Grey. Je glousse. Je ne sais pas quelle heure il est, je vais peut-être le réveiller." (…) Je souris en appuyant sur "appeler". Il répond à la deuxième sonnerie." (p.69)


"Je lance un regard angoissé à Christian tandis qu'il foudroie José du sien. Puis mon estomac se soulève et je me plie en deux. Mon corps ne peut plus tolérer l'alcool ; je vomis spectaculairement par terre. (...) Il passe un bras sur mes épaules ; de sa main libre, il relève mes cheveux en queue-de-cheval pour les écarter de mon visage. J'essaie maladroitement de le repousser mais je vomis encore… et encore." (p.72)


"Il fait trop chaud ici, il y a trop de couleurs, trop de bruit, trop de lumières. Ma tête se met à tourner… Non le sol se précipite à la rencontre de mon visage. La dernière chose que j'entends avant de m'évanouir dans les bras de Christian Grey, c'est ce mot : - Merde !" (p.77)

Mordiller …
"Je vous désire terriblement, surtout maintenant que vous avez recommencé à vous mordillez la lèvre." (p.119)

"Vous vous mordez la lèvre, dit-il d'une voix rauque, en me dévisageant d'un air songeur.
-Désolée.
-Ne vous en excusez pas. C'est simplement que ça me donne envie de la mordre, moi aussi, cette lèvre. Fort." (p.126)

"Arrête de te mordiller la lèvre. Ca me déconcentre (…) " (p.147)

"Je sais que cette lèvre est délicieuse, je peux en attester, mais veux-tu bien arrêter de la mordre ? Quand tu fais ça, j'ai envie de te baiser (…)." (p.151)


Virginité et sexe-vanille

"-Vous êtes encore vierge ? 
Je hoche la tête en rougissant encore. Il ferme les yeux. On dirait qu'il compte jusqu'à dix. Quand il les rouvre, il est furieux.
-Putain, mais pourquoi vous ne l'avez rien dit ?" (p.124)


"-Venez, murmure-t-il.
-Quoi ?
-Nous allons rectifier la situation immédiatement.
-Que voulez-vous dire par là ? Quelle situation ?
-Votre situation. Ana, je vais vous faire l'amour, maintenant.
-Oh." (p. 127)


"Je vous en prie, couchez avec moi. Je veux que notre arrangement fonctionne, mais il faut que vous ayez une idée de ce à quoi vous vous engagez. Nous pouvons commencer votre entrainement de base dès ce soir. Mais n'allez pas vous imaginer que je me suis converti aux fleurs et au chocolat ; c'est seulement le moyen d'atteindre mon but, et puis j'en ai envie, et vous aussi, j'espère." (p.127)

« bébé »
"Il va falloir que tu apprennes à te tenir tranquille, bébé." (p.132)

"Laisse-toi aller, bébé, murmure-t-il." (p.133)

"Jouis pour moi, bébé." (p.160)

"C'est ça bébé, prends-moi, prends tout, rugit-il en fermant les yeux un instant." (p.290)

"Il n'y a personne pour t'entendre, bébé. Sauf moi." (p.299)

"Bienvenue chez moi, bébé." (p.300)

"Dors, bébé, murmure-t-il." (p.314)

© 2012, éditions Jean-Claude Lattès pour la traduction française
si l'éditeur le demandait, cette rubrique serait immédiatement supprimée

Lien permanent